Solaris Nigrum

Forum maitre/esclave inca/espagnol, Attention, contenu pouvant choquer
 

Partagez | 
 

 Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Topaze

L'esclave Princier
avatar


Messages : 118
Date d'inscription : 12/10/2013
Age : 20
Localisation : Sous Maximiliano

Je suis...
Maitre/Esclave: Maximiliano Muñoz Montoya TT.TT
Amoureux: Plus maintenant
Ambivalence: Dominé

MessageSujet: Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]   Mer 28 Sep - 22:37

Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ?

Avance !

L'espagnol me poussait violement une nouvelle fois, me frappant à la tête. J'avançais comme je pouvais, traîné à l'arrière d'un cheval chevauché par un autre espagnol de plus haut rang que celui qui m'avait frappé. Je relevais la tête, me dressant de toute ma hauteur, gardant ma fierté. Mon peuple devait être loin maintenant, les traitres attachés à un arbre... Cela me rassurait.

J'avançais donc avec les espagnols. J'étais toujours vêtu de ma longue tunique violette recouverte d'un long châle blanc, une ceinture de tissu violet serré à ma taille avec des bijoux encore partout et ma couronne sur la tête. Les espagnols m'avaient juré que leur chef me retirerait tout ça lui-même. Je soupirais, peu m'importait. Mes longs cheveux passèrent de légèrement roux à violet en entrant dans le manoir. Le bruit de mes chaines résonnait dans la demeure. J'en avais aux chevilles, aux poignets et même au cou.

J'arrivais dans une salle ressemblant à une salle du trône, et sur une sorte de trône était assis un espagnol. Cheveux noirs aux reflets violets, en bataille. Je l'observais longuement, mon regard étant tout à fait neutre. L'espagnol qui m'avait arrêté me balança violemment aux pieds de celui qui était assis. Je relevais la tête, le fixant droit dans les yeux. Je n'avais pas l'intention de briser le silence, et encore moins de baisser les yeux.

ft. Maxou ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximiliano M. Montoya

L'homme un peu trop fier
avatar


Messages : 144
Date d'inscription : 23/09/2016
Age : 23
Localisation : Derrière toi~

Je suis...
Maitre/Esclave: Tous et chacun sont mes esclaves.
Amoureux: L'amour, c'est pour les faibles
Ambivalence: Dominant

MessageSujet: Re: Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]   Jeu 29 Sep - 0:25



Certainement pas comme ça, crétin d'inca.
«L'insulte est souvent
l'argument final de celui qui
ne trouve plus rien à dire.»


Je marchais, quoi... rien à foutre. Mon manoir était tellement grand que je pouvais presque y faire ma marche de santé. Cependant, l'air de mon château n'était pas suffisant pour moi en ce moment: J'étais parti dans les jardins, me ressourcer, j'avais besoin de me calmer... les esclaves incas s'étaient enfuies, faute de l'incompétence de mes hommes.... et si je ne prenais pas le temps de me vider l'esprit, j'allais tous les tuer, chose que je ne pouvais pas me permettre. J'allais sûrement le regretter toute ma vie, si je le faisais, mais en pleine colère j'en suis amplement capable. Je prenais quelques bonnes bouffées d'air frais, à l'extérieur, avant de revenir entre les murs de ma demeure.

La tranquillité régnait partout dans la place, dont en mon âme. J'étais bien ressourcé, le calme avait reprit le dessus, j'étais en plein moyen de réfléchir correctement. Je retournais dans le hall, là où mon trône se dressait dans le fond de la pièce juste sous les deux grands escaliers qui menaient à l'étage. Sans toutefois m'assoir dessus, je convoquais mes trois gardes incompétents, ceux-ci se pointant bien rapidement comme je l'avais demandé. Mon regard passait de un à l'autre tandis que mes pas me menaient devant les trois, les sermonnant tous un à la fois. Mon discours pointilleux sur les erreurs qu'ils avaient commises se faisaient clairement entendre d'une voix forte et grave, un ton puissant, des paroles très compréhensibles dans un espagnol plus que parfait. Ils n'avaient aucune excuse d'échouer à la prochaine tâche: nettoyer les cages au sous-sol........... rien de plus simple, et s'ils y  échouent, ils sont des plus incompétents.

Finalement, un de mes gardes  portier s'avançait à la course devant moi, s'inclinant rapidement avant de m'adresser la parole. «Chef, on a quelques uns de vos hommes qui approchent avec le prince ennemi.» Un large rictus apparaissait sur mon visage face à ces dires. Je donnais un signe de main à mes trois incompétents : «Déguerpissez, vous avez du pain sur la planche.» Je retournais m'assoir sur mon trône, un air fier, un regard hautain alors que je retournais mes yeux azures vers mon collègue. «Faites-les entrer.» J'étais prêt, je les attendais.

Ils se pointaient, enfin. Le dos bien droit, le regard hautain rivé vers l'inca devant moi, ce dernier fut forcé de s'agenouiller devant moi. Mon rictus s'étirait encore plus face à cette scène, et je ne pus m'empêcher d'applaudir, comme un con. «Félicitations à vous, vous me l'avez ramené vivant. Je suis fier.» Je reprenais très rapidement mon sérieux, plantant mes yeux bleus directement dans le regard fier que me lançait mon rival. Un léger sourire se pointait sur le coin de mes lèvres, démontrant sûrement toutes mes intentions en ce moment. «Ton nom, petit ?» Ouais, il n'était pas bien vieux, je lui donnait maximum une vingtaines d'années..... et que dire de sa petite taille! En attendant sa réponse, mon regard scrutait son corps, son habillement, ses bijoux....................... et sa couronne, que je me ferai une joie de lui retirer en temps.

Codage by LAW

_________________

FicheConnaissancesSuivi RP#0b4066


Dernière édition par Maximiliano M. Montoya le Dim 16 Oct - 0:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Topaze

L'esclave Princier
avatar


Messages : 118
Date d'inscription : 12/10/2013
Age : 20
Localisation : Sous Maximiliano

Je suis...
Maitre/Esclave: Maximiliano Muñoz Montoya TT.TT
Amoureux: Plus maintenant
Ambivalence: Dominé

MessageSujet: Re: Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]   Jeu 29 Sep - 10:18

Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ?

Je restais fier, comme l'espagnol qui était assis devant moi. Je savais pertinement que je ne tiendrai pas longtemps dans cette position. Pourquoi ? Tout simplement parce que je commençais à me sentir fiévreux. Les températures avaient affreusement baissé ces derniers temps. Et les espagnols ne m'avaient pas autorisé à prendre le châle en laine d'alpaga turquoise qui m'aurait empêché de tomber malade. Du coin de l'oeil, je vis mes quelques effets personnels être mis dans un coffre, dans un coin de la salle. Parmi eux se tenait mon châle. C'était le dernier souvenir qu'il me restait de Kafka en plus...

Je détaillais l'espagnol, son rictus, tout. Je fus quelque peu déconcerté quand il se mit à applaudir, qu'est ce qu'il avait cet abruti ? C'était une coutume des diables blancs ?

«Félicitations à vous, vous me l'avez ramené vivant. Je suis fier.»

Un sourire s'étira sur mes lèvres, suivit d'un léger ricanement.

C'est vrai, tu peux applaudir, c'est rare chez les espagnols de ramener des gens en vie.

Je crachais à ses pieds, mon regard se plantant bien dans le sien. Je gardais ma fierté, malgré ma respiration qui se faisait haletante, petit à petit. Je tentais d'ailleurs de le cacher, je savais que je commençais aussi à suer. Ma santé fragile continuait d'être un poids.

L'espagnol reprit son sérieux assez rapidement, avec un léger sourire.

«Ton nom, petit ?»

Petit ? Ouais... j'avoue que ma jeunesse se voyait. J'avais à peine dix-huit ans. Ma taille était petite aussi maintenant que j'y réfléchissais, mais mon corps restait bien proportionné... enfin, c'était ce que disait mon peuple. L'espagnol me détaillait aussi, me faisant rosir malgré moi. Être détaillé ainsi n'était pas dans mes habitudes.

Donne moi le tiens en échange.

Hors de question que je lui donne le mien sans connaitre le sien... malheureusement pour moi, ma santé se dévoila dans toute sa splendeur, une violente quinte de toux me prenant, m'obligeant à me prosterner plus devant l'espagnol. Une fois passée, j'haletais, j'avais mal aux poumons et à la gorge. Je serrais mon châle blanc et fin contre moi, essayant d'en retirer de la chaleur.

ft. Maxou ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximiliano M. Montoya

L'homme un peu trop fier
avatar


Messages : 144
Date d'inscription : 23/09/2016
Age : 23
Localisation : Derrière toi~

Je suis...
Maitre/Esclave: Tous et chacun sont mes esclaves.
Amoureux: L'amour, c'est pour les faibles
Ambivalence: Dominant

MessageSujet: Re: Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]   Sam 1 Oct - 17:38



Certainement pas comme ça, crétin d'inca.
«L'insulte est souvent
l'argument final de celui qui
ne trouve plus rien à dire.»


J'avais l'air fier, tout comme lui. J'avais beau tenter de lui démontrer mon autorité, lui faire comprendre que c'est moi qui dirigeait, mon regard hautain rivé dans le sien, un air franchement dominateur au visage ainsi qu'un aura des plus autoritaire émanait de mon être. Aucunement sadique, l'absence de sourire de mon visage laissait voir aux autres que je ne rigolais pas, et que j'étais pleinement sérieux dans mes affirmations, ainsi que mes questions... questions desquels j'attendais encore une réponse, et dont je n'avais pas eu de réponse. L'inca commençait déjà à me taper sur les nerfs, alors que ce dernier me démontrait une fierté qui n'avait pas lieu d'être. Pourquoi être fier de s'être fait kidnapper par l'ennemi? Il allait changer d'attitude, et s'il ne changeait pas lui-même, j'allais m'en occuper. Un sourire s'étirait sur ses lèvres, un rictus qui ne devrait pas être, encore une fois. J'étais gravement déconcerté par tout ça, et bien qeu je ne laissais rien voir, l'envie de lui arracher la figure se faisait ressentir... non pas par sadisme, mais bien par colère, et impulsions.

Il me sortait une réplique sanglante, mais laquelle il n'avait pas tort. Mes hommes étaient tellement incompétents qu'il arrivait très souvent de les voir commettre des meutres inutilement, allant à l'encontre de mes directives. Cependant, l'ordre était clair, et aucun écart de conduite allait être toléré: le prince se devait de rester vivant. Le prince ne devait pas mourir, et quiconque osera contredire ça, ou ignorer mes avertissements se verra tué, sans préavis. Je me craquais les jointures, me préparant à passer à l'action pour obtenir mes premières réponses à mes questions...

... alors que je le voyais me cracher dessus. Il venait de cracher à mes pieds. Le prince inca avait décidément du culot, de me faire ça, sans savoir à quoi s'attendre.  Mon regard avait changé pour un oeil noir, une lueur de sadisme dedans..... la rage se lisait clairement sur mon visage alors que ma veine palpait à ma tempe sous la colère montante. Il avait d'ailleurs répondu à ma question, entre temps, venant me dire qu'il attendait mon nom avant de donner le sien. Donc, en résumé, il avait le culot de venir me contredire, me cracher sur les pieds, et refuser de me répondre malgré la position de faiblesse dans laquelle il se tient en ce moment? ... Il en avait, du culot, ce prince. Je me redressais, de toute ma taille, laissant mon aura dominateur prendre le dessus dans toute la pièce. La froideur se dégageait de mon regard, la colère s'éclipsait de mes traits faciaux froncés sous la rage.

«T'as du culot, petit..» Il s'était étouffé, et mon regard se rivait légèrement vers lui, regardant ce dernier tousser. Il était malade, quoi? Quel type de maladie il avait choppé? Qu'est-ce qu'il allait ramener, dans mon manoir, chez moi? Je soupirais légèrement, m'avançant vers lui d'un pas nonchalent, le talon de mes chaussures raisonnant dans le silence de la pièce entrecoupé par la respiration haletante de mon nouvel esclave. Une fois posté devant lui, lui remettant toute une gifle au visage. Le bruit de la gifle avait raisonné dans toute la pièce, ramenant tout le monde au silence total. Il n'y avait personne d'autres que moi, mon esclave et mes gardes, mais certains s'étaient mis à parler...... «La prochaine fois, tu vas t'abstenir de tout commentaire, sinon je vais m'arranger pour te fermer la gueule à ma façon, et je ne crois pas que tu vas apprécier. » Je lui retirais sa couronne, doucement, libérant ainsi sa grande chevelure de l'emprise de ce cerceau de métal qui ne lui serait pas réservé..... parce qu'il ne mérite pas d'être roi, il mérite d'être esclave. La couronne terminait sa course violemment contre le béton de mon plancher.

Mon regard toujours présent, d'une poigne ferme, j'agrippais ses cheveux, lui relevant le visage vers moi tout en le gardant à genoux au sol, comme une sous-merde se doit de l'être devant son Roi. «Tu vas me donner ton nom, sinon je te fais lécher mon plancher que t'as crassé de ta salive.» Mon regard plongé dans le sien, j'avais parlé d'une voix forte, claire, les dents serrés et la mâchoire aussi crispé que ma main dans la chevelure de mon vis-à-vis. Une seule question, c'était amplement suffisant pour le moment. J'étais prêt à lui écraser la figure contre le plancher, et je ne le relâcherai pas, tant qu'il n'aura pas parlé...... et s'il ne le faisait pas, je ne me gênerai pas pour le réduire à un niveau aussi bas que le sol, et l'écraser sous mes semelles de chaussures.

Codage by LAW

_________________

FicheConnaissancesSuivi RP#0b4066


Dernière édition par Maximiliano M. Montoya le Dim 16 Oct - 0:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Topaze

L'esclave Princier
avatar


Messages : 118
Date d'inscription : 12/10/2013
Age : 20
Localisation : Sous Maximiliano

Je suis...
Maitre/Esclave: Maximiliano Muñoz Montoya TT.TT
Amoureux: Plus maintenant
Ambivalence: Dominé

MessageSujet: Re: Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]   Lun 3 Oct - 9:06

Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ?

J'haletais après avoir craché mes poumons. J'étais encore tombé malade, au mauvais moment bien sûr. Non pas qu'il y ait un bon moment pour être malade... loin de là. Mais malgré ma faiblesse du moment, je réussissais à garder une certaine fierté. Cet espagnol ne m'effrayait pas, il avait beau essayer de me faire comprendre que c'était lui le chef, je ne cédais pas. Quitte à mourir, autant que ce soit avec fierté. Je relevais la tête vers lui, replongeant mon regard d'ambre dans le sien. Il souriait. Il craquait ses articulations, me faisant doucement sourire, je n'étais nullement impressionné. Son regard noir après que je lui ai craché dessus ? Rien à faire, je m'en fichais totalement. Il était en colère ? Tant mieux pour lui, peu m'importait.

Il se redressa, j'en fis de même, certes difficilement à cause de ma maladie, mais je parvenais tout de même à avoir un air des plus fiers.

«T'as du culot, petit..»

Je souriais.

Il semblerait oui.

Bah quoi ? Il voulait sans doute que j'aille dans son sens, eh bien, j'y allais ! L'espagnol s'avança vers moi, je ne bougeais pas, le fixant toujours, restant fier. J'étais toujours haletant, je menaçais de tousser encore une fois... mais je me retenais. L'espagnol me gifla, me faisant tomber au sol, trop faible pour résister. Sa gifle avait été des plus fortes, je sentais ma joue me brûler. Me redressant doucement, je mettais ma main dessus, attendant que la douleur se calme.

«La prochaine fois, tu vas t'abstenir de tout commentaire, sinon je vais m'arranger pour te fermer la gueule à ma façon, et je ne crois pas que tu vas apprécier. »

Je le fixais froidement alors qu'il me retirait ma couronne. Ma longue chevelure cascada alors le long de mon corps.

Vas-y. Mais évite de me frapper au visage ou à la tête, tu ne voudrais pas altérer ma mémoire quand même ~

Je le fixais toujours dans les yeux, écoutant le cercle de métal tomber au sol. Il m'attrapa violemment par les cheveux, me faisant couiner,, relevant plus ma tête vers son visage, me laissant à genoux devant lui.

«Tu vas me donner ton nom, sinon je te fais lécher mon plancher que t'as crassé de ta salive.»

Nos regards se déclaraient la guerre l'un à l'autre. Je lui crachais au visage avant de le mordre au sang, le faisant lâcher prise. Je me relevais, prêt à me barrer, avant qu'une autre violente quinte de toux s'empare de moi, me faisant tomber à nouveau à genoux. J'étais de plus en plus fiévreux.

Prince...

Je relevais les yeux vers la porte, voyant les traitres dans l'encadrement de celle-ci. Je ne leur en voulais pas, mais je ne pouvais pas non plus les pardonner. Tous les quatre me regardaient, avec du regret dans leurs prunelles. Un espagnol vint dire à son chef qu'ils les avaient trouvés attachés à un arbre. Je soupirais de soulagement. Les miens étaient sains et saufs alors... tout allait bien... j'allais pouvoir me laisser mourir en paix.

ft. Maxou ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximiliano M. Montoya

L'homme un peu trop fier
avatar


Messages : 144
Date d'inscription : 23/09/2016
Age : 23
Localisation : Derrière toi~

Je suis...
Maitre/Esclave: Tous et chacun sont mes esclaves.
Amoureux: L'amour, c'est pour les faibles
Ambivalence: Dominant

MessageSujet: Re: Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]   Dim 16 Oct - 3:26



Certainement pas comme ça, crétin d'inca.
«L'insulte est souvent
l'argument final de celui qui
ne trouve plus rien à dire.»


J'avais beau tenter de le faire raisonner, il ne faisait que continuer ses répliques sanglantes... et enrageante. Il était dans son intérêt d'arrêter de me répondre s'il ne voulait pas que je frappe son petit visage, ce que je mourrais d'envie de faire. Je lui tenais les cheveux, bien serré dans mon poing, et je n'étais pas prêt de le lâcher... Tant qu'il ne répondrait pas à mes questions. Mon regard sombre était rivé dans le sien, ses yeux se perdant dans mes iris azures et empli de haine et de colère à son égard. Je n'étais pas prêt de le lâcher, la rage était trop présente en moi pour que je le laisse faire ce qu'il désirait entre ces murs..... du moins, jusqu'à ce qu'il me crache au visage.

Il venait de me cracher au visage? J'essuyais la salive du revers de ma manche, insulté par ce geste très disgracieux. Cela faisait maintenant deux fois qu'il me crachait dessus. Je l'agrippais solidement par la mâchoire, ma main tremblante sous la colère, mes phalanges resserrant fortement l'emprise sur les os de son visage, trop concentré par son regard pour réaliser que ce dernier s'apprêtait à me mordre... chose qu'il eut fait assez rapidement, m'arrachant un gémissement sous la douleur qui venait de surgir de ma main. Je le relâchais, complètement, regardant la source de la souffrance pour voir qu'il avait très sûrement percé ma peau: mes gants étaient très usés où il avait posé ses dents, et je sentais ma main devenir humide et chaude. Il ne m'avait pas manqué, le salaud.

Au moment où j'allais ordonner qu'on l'arrête, il se retrouvait bien vite au plancher, le tout étant de sa propre faute. Il toussait, il s'était encore étouffé, quoi? Mes pas me menaient lentement au corps du jeune homme, ce dernier à genoux péniblement devant moi avant de me donner son ''nom''. Il se moquait de moi? Je l'empoignais solidement par la chevelure, propulsant sa tête en entier au sol dans un élan puissant, sans aucune retenu. La rage se lisait parfaitement sur les traits de mon visage, et il fallait pas être professionnel pour comprendre que je n'étais pas de bonne humeur. «Tu crois vraiment que je vais t'appeler comme ça? Tu crois vraiment que je vais utiliser ce mot? J'vais t'appeler la sous-merde avant de t'appeler comme ça, salaud.» J'avais prononcé ces mots sur un ton assez ferme, mais une voix basse. Ma main empoignait sa chevelure, encore une fois, relevant son visage fraîchement massacré par mon plancher de béton, le forçant à me regarder. Nos prunelles se croisaient, et je laissais clairement voir mes émotions en ceux-ci: rage, colère, haine... Je ne rigolais plus.

J'élevais vivement le ton pour la suite de mon monologue, venant presque lui hurler à quelques centimètres du visage.«Ton putain de nom!!!!!!!! C'est quoi!!!!!!» J'avais parlé les dents serrés, et j'avais secoué sa tête au passage, qu'il comprenne le message. Je voulais être sûr qu'il ne me ressorte pas une autre connerie comme ce qu'il venait de me faire, sinon, il se retrouverait au sous-sol, dans une cage, au froid, nu, à servir de vide-couilles pour le reste de sa vie. Hors de question que je le laisse rire de moi ainsi encore une seule fois.

Ah, et pour la peine, rancunier que je suis, je lui crachais au visage... un bon jet, juste pour lui faire comprendre qu'il était bien une sous-merdes, et rien de plus. Il est une carpette, un truc sur lequel je vais m'essuyer les pieds... Il est sous mes chaussures, et je marcherai dessus le reste de sa vie.

Codage by LAW

_________________

FicheConnaissancesSuivi RP#0b4066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Topaze

L'esclave Princier
avatar


Messages : 118
Date d'inscription : 12/10/2013
Age : 20
Localisation : Sous Maximiliano

Je suis...
Maitre/Esclave: Maximiliano Muñoz Montoya TT.TT
Amoureux: Plus maintenant
Ambivalence: Dominé

MessageSujet: Re: Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]   Lun 21 Nov - 9:32

Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ?

Ma toux était des plus violentes, si bien que j’entendais l’un des miens demander à ce que l’on m’assigne un médecin. Tout le peuple inca connaissait ma santé fragile, et on dirait que les traitres n’avaient pas informé l’espagnol de ce détail me concernant. Je couinais à nouveau en sentant ma chevelure être violement empoignée, avant que ma tête ne heurte le sol.

«Tu crois vraiment que je vais t'appeler comme ça? Tu crois vraiment que je vais utiliser ce mot? J'vais t'appeler la sous-merde avant de t'appeler comme ça, salaud.»

Je ne comprenais rien… était-il aussi idiot que cela pour avoir confondu ma voix avec celle d’un des miens ? Mon visage ensanglanté fut relevé, je le regardais difficilement, commençant doucement à plonger dans l’inconscience, ma fièvre augmentant encore.

«Ton putain de nom!!!!!!!! C'est quoi!!!!!!»

Ma tête fut tellement secouée que finalement je ne tenais plus, j’entendis vaguement un des miens crier que j’étais d’une santé fragile, enfin, je crois. Je m’évanouissais peu après, m’écroulant au sol, inconscient.

ft. Maxou ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximiliano M. Montoya

L'homme un peu trop fier
avatar


Messages : 144
Date d'inscription : 23/09/2016
Age : 23
Localisation : Derrière toi~

Je suis...
Maitre/Esclave: Tous et chacun sont mes esclaves.
Amoureux: L'amour, c'est pour les faibles
Ambivalence: Dominant

MessageSujet: Re: Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]   Dim 12 Fév - 15:54



Certainement pas comme ça, crétin d'inca.
«L'insulte est souvent
l'argument final de celui qui
ne trouve plus rien à dire.»


Je le voyais, il faiblissait, il peinait à rester éveillé. Mon regard découragé se replongeait vers ses subordonnés, qui me disaient fermement qu'il avait une santé fragile. Un regard sombre se retournait vers l'homme qui était maintenant inconscient à mes pieds. Je relâchais sa crinière, me redressant et me rendant devant les spectateurs de ce moment assez horrible... ordonnant aux miens d'emmener les gardes ennemis plus loin, au sous-sol, et leur soutirer toute l'information qu'ils pouvaient donner sur l'état de santé du prince, ainsi que possiblement plus d'information encore. J'en serais sûrement incapable, du coup, je préférais confier la tâche aux autres.

Je soupirais fortement avant de me retourner vers le pauvre homme, à mes pieds. Je lui claquais les joues, m'assurant de le savoir bien inconscient avant de le prendre dans mes bras. Je l'emmenais directement à l'infirmerie, là où un médecin s'empressait de le dévêtir pour le blottir dans un lit bien chaud. Mon regard sombre, mais plutôt triste ne faisait que contempler l'homme. Je devais lui soutirer des informations, mais comment...! Il ne voulait pas parler, et je l'avais même mené à l'inconscience... Mon regard se ramenait vers mes mains... j'avais faillit les tacher de sang, j'avais faillit torturer un pauvre innocent... pour obtenir des informations... Juste à y penser, mon coeur se serrait, mon estomac se retournait. J'étais incapable de faire autant de mal à quelqu'un, je le savais, et si jamais j'y arriverais, et bien le regret et la culpabilité allait me suivre de nombreux mois... Je soupirais fortement avant de prendre la direction de la chaise, un peu plus loin dans la salle, attendant patiemment pour le réveil de mon nouvel esclave...

«Tu n'as pas le moral, je crois....» Mon regard se retournait en panique vers le médecin, qui semblait avoir vu mon tracas.... Je soupirais, fortement, lui faisant un signe de main assez grand et rien de plus clair: qu'il dégage et me foute la paix. «T'as d'autres patients à t'occuper, lâche-moi.» Il se barrait, comme prévu, retournant aux chevets de l'homme que je venais d'emmener. Ce dernier commençais à ausculter son patient, tentant de trouver ce qu'il a comme faiblesse, et tout... Pour ma part, je restais sur place quand-même, prêt à intervenir si jamais le prince se réveillait... et si jamais il s'avérait violent...

Codage by LAW

_________________

FicheConnaissancesSuivi RP#0b4066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Topaze

L'esclave Princier
avatar


Messages : 118
Date d'inscription : 12/10/2013
Age : 20
Localisation : Sous Maximiliano

Je suis...
Maitre/Esclave: Maximiliano Muñoz Montoya TT.TT
Amoureux: Plus maintenant
Ambivalence: Dominé

MessageSujet: Re: Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]   Lun 13 Fév - 18:46

Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ?

Je m’étais évanoui. Je savais que lorsque je tombais inconscient, c’était en général profondément, je ne me réveillais qu’au bout de deux bonnes heures et encore, ça pouvait aller jusqu’à une semaine. Ma santé était vraiment des plus fragiles, un simple rhume me maintenait deux semaines au lit, le moindre coup de vent pouvait m’apporter une grippe. Et pourtant, mon peuple me considérait comme un très bon souverain. Il est vrai que j’avais renforcé mon corps faible, j’avais fait tout ce qu’il fallait pour. Mais les maladies étaient toujours fatales pour moi.

Et ce rhume-là ne faisait pas exception. Il m’avait, en plus des coups de mon agresseur, plongé dans l’inconscience. Mon esprit s’évada, m’emmenant loin dans mes souvenirs, comme le jour où j’avais rencontré Kafka, qui devint plus tard mon époux, avant de mourir à cause de cette guerre. Je le revoyais tenir ma main dans la sienne, courant dans les champs avec moi lorsque nous étions enfants. Je revoyais nos jeux, je le revoyais me rendre visite lorsque j’étais malade. Et je voyais aussi Aska, ce petit serpent tout timide qui ne cessait de pleurer. Il était adorable, il était comme un frère pour moi. J’espère qu’il a pu s’en sortir et qu’il est avec les autres dans la cité d’or…

Je finissais par me réveiller, dans un lit d’infirmerie. J’avais encore de la fièvre, et une violente quinte de toux vint me souhaiter la bienvenue parmi les vivants. Un médecin me recoucha, me demandant de ne pas m’en faire. Je souris gentiment.

J’ai l’habitude… je n’ai pas eu le temps de me couvrir avant que l’on me fasse prisonnier… ma santé fragile m’a rattrapé plus vite que je ne le pensais.

Le médecin me sourit et s’occupa de moi longtemps avant de me laisser après m’avoir donné des médicaments, surtout après que je lui ai confié toutes les faiblesses de mon corps, et il y en avait énormément. Une fois le médecin parti, je me redressais difficilement pour m’assoir dans le lit. J’avais remarqué la présence de l’espagnol, mais il n’y avait que maintenant que je décidais de le montrer. Sans le regarder, tenant ma tête qui me faisait mal, je fis résonner ma voix dans l’infirmerie.

Tu n’y es pas allé de main morte… j’ai un orchestre qui joue faux dans la tête par ta faute.

Je le regardais, lui souriant.

Et je crois que ma mémoire a été fortement touchée ~

C’était entièrement faux, mais je pouvais jouer un peu avec les circonstances.

ft. Maxou ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment veux-tu que je t'appelle crétin d'espagnol ? [PV Maxou]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» comment s'appelle les habitants de....?
» comment appelle-t-on ?
» M & Mme Sure ont une fille. Comment s'appelle-t-elle ? - OK
» Bling! Aïe! ... Comment tu t'appelle? [PV Silver]
» Sven. - D'accord. Et le rêne, comment il s'appelle ? | Olaf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solaris Nigrum  :: Zone RP :: Lima, Capitale Espagnole :: Manoir de Maximiliano M. Montoya-
Sauter vers: