Solaris Nigrum

Forum maitre/esclave inca/espagnol, Attention, contenu pouvant choquer
 

Partagez | 
 

 Kanan le chasseur [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kanan

Non, je ne suis pas mignon!
avatar


Messages : 19
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 20
Localisation : Dans une cage...

Je suis...
Maitre/Esclave: Jamais de la vie
Amoureux: Aucun
Ambivalence: Dominé

MessageSujet: Kanan le chasseur [terminée]   Mar 11 Oct - 14:11







"Inca je suis, fier de l'être, et je le resterai"
Kanan
Qui suis-je ?

Salut toi, moi c'est Kanan et j'ai 22 ans et je suis un homme et j'ai Des yeux jaunes et des cheveux très clairs ainsi que les ongles peints en noir et je me transforme en Chouette Hulotte. Je suis Chasseur et j'aimerai avoir au dessus de ma tête Non je ne suis pas mignon. Je suis homosexuel et ce jusqu'à nouvel ordre et si tu veux tout savoir, je suis dominé. Petite anecdote : il paraît que je ressemble à Kei de Ken ga kimi. Oh et avant que j'oublie : ceux qui font partie du groupe Incas esclaves sont les plus beaux.




Ce que je suis et ce que je resterai



Physique

La première chose qui m'a frappé en posant les yeux sur toi fut ta peau. Elle n'est pas mâte allant vers le rouge comme celle des incas, mais mâte couleur chocolat au lait. Elle est magnifique, j'ai eu de suite envie de la toucher, elle brille souvent de la sueur qui sort de ton corps lorsque tu cours à la chasse, ou lorsque tu as fait un effort physique érintant. Ensuite, j'ai vu ta taille fine, tes jambes et tes bras musclés, ta corpulence frêle mais pourtant si musclée. Tu es vraiment grand aussi, enfin, pour moi qui suis petite, tu es grand. Un mètre quatre vingt deux.

Ta chevelure courte, blanche/rousse/marron, coiffée en bataille et retenue par un joli bandeau bleu foncé avec un nuage rouge et blanc dessus m'a charmée mais m'a aussi beaucoup fait rire lorsque nous étions enfants et que tu te plaignais des épis que faisaient tes cheveux. Et tes yeux, par tous les dieux qu'ils étaient beaux. Couleur jaune ambre. Voir tes ongles peints en noir m'a beaucoup étonnée aussi.

Que dire de plus sur toi ? A part parler des boucles d'oreilles en or que je t'ai offert, je ne vois pas mon amour... Peut être de tes vêtements ? Oui, ça on ferait mieux d'en parler ! Tu es habituellement vêtu d'un pantacourt rouge léger t'arrivant juste en dessous du genou, avec un haut noir serré au buste et une verte longue beige avec des symboles un peu plus foncés dessus, dont le col est noir avec des imprimés de fleurs couleur bronze dessus. Les manches ne se ferment pas complètement et sont retenues par des rubans rouges. Cette veste découvre complètement tes épaules. Elle est serrée à ta taille par une grosse ceinture noire et rouge. En dessous de tes manches sont visible de longs brassards noirs de combat. Autour de ton cou, tu attaches toujours un cordon rouge, souvenir de ta mère. Tu as habituellement deux épées et un arc sur toi, ainsi qu'un poignard.

Lorsque tu te transformes, tu deviens une jolie petite chouette hulotte.



Caractère


Que dire de ton caractère ? Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi gentil que toi. Tu ne tues que pour protéger ceux que tu aimes ou pour manger, jamais tu ne fera de mal à un innocent. Tu prends même les armes pour les protéger.

Tu es très famille, chez toi, c'est quelque chose de plus sacré que les dieux. Tu tuerai quiconque toucherait à ta famille.

Mais ce qui m'a le plus énervée lorsque nous nous sommes rencontrés, c'était ta mauvaise foi et ton orgueil démesuré. Ensuite vint ton sarcasme naturel, ta fierté trop grande qui te perdra un jour, et le fait que tu sois affreusement têtu. Je n'ai jamais vu plus têtu que toi ! Une vraie mule !

Malgré tout, j'ai fini par voir au delà de tes défauts, voir que tu avais en réalité un coeur pur. Ta gentillesse n'avait d'égale que ta beauté.

J'aimais beaucoup te faire rougir aussi, en te disant que tu étais mignon, ce qui était vrai. Tu me répondais toujours "Non je ne suis pas mignon, c'est pour les filles cet adjectif là !".



Mon histoire


Tu étais là, l'arc bandé, prêt à tuer cette biche. Tu chassais car ton père était malade et il ne pouvait pas nourrir le village. Mais pourtant, j'ai quand même jeté une pierre pour faire fuir l'animal. Tu t'es retourné, me foudroyant du regard, ton beau regard jaune ambre. Je crois que je t'ai aimé dès cet instant. Descendant de mon arbre, je te sermonne, te demande de ne pas tuer cette biche. D'un air des plus hautains, tu me réponds que le village a faim et que ce n'est pas en faisant des états d'âmes que l'on le nourrira. Tes paroles sont dures, blessantes. Je ne saurais dire si je te haïssais ou t'aimais à ce moment là. Et puis, n'en pouvant plus de t'entendre, je t'ai attrapé par la main et t'ai entraîné vers le refuge de la biche, te montrant qu'elle avait un petit faon.

Ton air orgueilleux ne partit pas de ton visage, ton visage d'enfant d'à peine sept ans. Tu t'es simplement détourné pour aller chercher une autre proie. Un cerf fut ta victime et tu le traînas tant bien que mal au village. Je t'ai suivi de loin, observant ta détermination à nourrir notre petit village. Nous n'étions pas nombreux, aussi, ce cerf suffisait largement à tous nous nourrir. Les incas ici ne se transformaient qu'en rapaces de nuit. Nous ne savions pas pourquoi, c'était ainsi, aussi, nous ne nous nourrissions essentiellement de viande. Je t'observais entrer dans ta petite maison, tenant des herbes médicinales dans tes mains pour ton père, qui mourrait quelques jours plus tard, sa maladie étant trop grande.

Je suis venue te voir, tu étais là, assis sur ta couche de paille, l'arc de ton père dans les mains. Je regardais autour de moi, et venais vers toi. Tu ne réagissais pas, ne disais rien, comme si cela n'avait que peu d'importance. Je te présentais mes condoléances, auxquelles tu répondis par un "Je n'ai pas besoin de ta pitié". Je comprenais ton agressivité. Je m'asseyais à tes côtés et te pris dans mes bras. Je te demandais où était ta mère. "Elle a été offerte en sacrifice aux dieux quand j'avais trois ans", telle était ta réponse. Je te serrais plus dans mes bras, te proposant de vivre avec mes parents et moi. Tu refusas, plus poliment. A partir de cet instant, nous ne nous sommes plus quittés...


***


A seize ans, nous savions déjà ce que nous ressentions l'un pour l'autre. Notre amour était beau, pur. Je me souviens de nos longs vols dans le ciel, toi en chouette hulotte, moi en harfang des neiges. Tu étais tout petit par rapport à moi, et j'aimais te faire rager en te disant que tu étais mignon. Tu me faisais tellement rire.

Tu avais remplacé ton père en tant que chasseur pour le village, et tu remplissais très bien ton rôle. Tout le monde t'aimait et te respectait, aussi, il n'y eut aucun problème pour que nous puissions prononcer nos voeux devant les dieux. Et oui, à seize ans, nous étions déjà mari et femme.

Notre bonheur était complet, surtout quand je tombais enceinte peu après. Cela vous paraît jeune d'être mère à seize ans ? Mais nous, nous nous sentions prêts, aussi, nous n'eûmes aucun reproche.

Mes hurlements lors de l'accouchement emplirent notre maison, tu me tenais la main, main que je broyais sous la douleur. Entendre les pleurs de notre enfant fut pour moi un grand soulagement. J'ai vaguement entendu "C'est une fille" avant de rendre mon dernier soupir, lâchant ta main pour rejoindre les dieux.


***


Le deuil de Kanan ne dura qu'une semaine. Il était veuf à dix-sept ans... déjà, si jeune... Mais il ne pouvait pas s'attarder sur sa tristesse, il avait à présent une petite fille à charge. Malgré son jeune âge, je n'ai jamais vu meilleur parent. Il aimait énormément sa fille, et était le père parfait. Il ne s'absentait jamais bien longtemps pour la chasse, afin de profiter de chaque instant aux côtés de sa petite Miya. Voir ce père et sa fille s'épanouir de la sorte nous a tous ravis. Son épouse serait fière de lui.


***


Je partais à la chasse comme chaque jour après avoir étreint et embrassé ma fille. Elle avait maintenant cinq ans. Elle ressemblait tellement à sa mère.

Toujours avec ce même pincement au coeur, je partais chasser. Je fabriquais une chouette dans un morceau de bois pour le rapporter à Miya. Alors que je remballais mes affaires, prenant le cerf sur mes épaules, une odeur de feu se fit sentir. Regardant en direction du village, je vis de la fumée noire s'en échapper. Lâchant tout, sauf la chouette que j'avais glissé sous ma ceinture, je courais aussi vite que je le pouvais. Quand j'arrivais, je vis avec effroi le village en flamme, et les espagnols en train de massacrer les habitants. Sans réfléchir, je me dirigeais vers ma maison et y entrais, voyant le corps de mon enfant, inanimé, du sang coulant. En larmes, j'attrapais le petit cadavre et sortis en hurlant ma douleur, les larmes coulant à flots en suppliant les dieux de me la rendre. Les espagnols vinrent vers moi. J'étais habitué à me battre avec quelque chose dans les bras, aussi, je dégainais une de mes épées, ma colère animant mes gestes. Je tuais un bon nombre d'espagnols avant qu'ils ne me capturent, m'obligeant à lâcher le corps de Miya. Il me dépossédèrent de mes armes et me trainèrent avec eux et quelques villageois. Nous allions être vendus comme esclaves, mais cela m'importait peu. Je hurlais le nom de ma fille, me débattant, refusant d'abandonner son corps. Je n'eus malheureusement par le choix...

Et maintenant, je suis en cage, regardant la petite chouette sculptée que j'avais fait pour ma Miya...

Derrière l'écran
Salut ! T'es un petit curieux, je sais, tu veux tout savoir sur moi. Alors, moi c'est Tamina Sinji et j'ai X ans. Comment j'ai connu le forum ? Grâce à moi, je suis la fonda. Je le trouve à arranger et j'ai bien lu le règlement, si si, en voici la preuve

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximiliano M. Montoya

L'homme un peu trop fier
avatar


Messages : 144
Date d'inscription : 23/09/2016
Age : 23
Localisation : Derrière toi~

Je suis...
Maitre/Esclave: Tous et chacun sont mes esclaves.
Amoureux: L'amour, c'est pour les faibles
Ambivalence: Dominant

MessageSujet: Re: Kanan le chasseur [terminée]   Mer 12 Oct - 22:56


Félicitations ! Tu es validé !


Oh putain, ça m'fend le coeur! Ce sont mes troupes, qui t'ont fait subir tout ça? Ils auraient dû sauver ton enfant, au moins........ J'vais les sermonner, moi, ces foutus espagnols. incapables.

Bref, superbe plume, j'ai adoré ta façon de rédiger!! Tout s'y trouve, aucun soucis avec tout ça! Je te valide Wink  



Maintenant tu peux :

☼ Recenser ton avatar ici
☼ Recenser tes comptes si DC ici
☼ Créer ton journal de bord ici
☼ Regarder quel(s) esclaves et maitres sont libres ici et faire une demande de maitre/esclave ici
☼ Faire une demande de terres ici
☼ Faire une demande de logement : ici

☼ et surtout rp ! Bon jeu et amuses toi bien



_________________

FicheConnaissancesSuivi RP#0b4066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
 
Kanan le chasseur [terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce matin, un lapin a tué un chasseur (Cassiopée) terminé
» [Terminé] Un chasseur pas vraiment discret [PV : Donovan]
» La Grotte du Chasseur
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solaris Nigrum  :: El Comienzo :: Les Créations des dieux :: Fiches Validées :: Incas esclaves-
Sauter vers: