Solaris Nigrum

Forum maitre/esclave inca/espagnol, Attention, contenu pouvant choquer
 

Partagez | 
 

 Demander de l'aide? Moi? Jamais. [PV Maxou et Nathou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maximiliano M. Montoya

L'homme un peu trop fier
avatar


Messages : 144
Date d'inscription : 23/09/2016
Age : 24
Localisation : Derrière toi~

Je suis...
Maitre/Esclave: Tous et chacun sont mes esclaves.
Amoureux: L'amour, c'est pour les faibles
Ambivalence: Dominant

MessageSujet: Demander de l'aide? Moi? Jamais. [PV Maxou et Nathou]   Dim 16 Oct - 13:00



Aide pour des bonnes intentions... ou pas.
«La liberté, c'est un coeur
pur et bien placé, Le reste est
esclavage au sombre de la nuit.»


La journée avait été dure auprès de Topaze et de mes gardes. Cet esclave ne veut rien dire du tout sur ce qu'il connaît... et étant le prince de cette tribu, il en connaissait, des choses... alors, de jouer l'innocent, c'est chose inutile. Je ne suis pas encore stupide. J'ai eu beau essayer, il ne parle pas. Il me dit des âneries, il reste vulgaire à mon égard... Il m'a craché deux fois sur les pieds, il me répond des stupidités, et pour couronner le tout, il est tombé malade et le médecin a prit MA chambre pour le soigner! ... Je devais obtenir mes informations à tout prix, il fallait que je le fasse parler, mais dans l'état actuel des choses, ça me prenait une autre technique que la douleur physique porté à son égard, sinon, j'allais le tuer.... du coup, anéantir toutes chances de soutirer les informations nécessaires à ma quête d'argent, d'or, d'esclave, de territoire... j'avais les idées grandioses, un peu trop par contre... mais jamais trop pour les espagnols. Le Roi réclamait quand-même certaines choses, donc si ce n'était pas pour moi, ce serait pour lui, et je ne pouvais pas me permettre d'échec face à ce clown à couronne qui habite de l'autre côté de l'océan.

Cela dit, n'étant pas très sadique de nature, je ne me voyais pas continuer de le frapper comme ça. J'y arrivais pas, quoi. Trop de pitié? ... On peut en dire ainsi de moi, ceux qui pensaient ça avaient raison de le penser: j'ai trop souvent été maltraité dans ma jeunesse, je sais ce que c'est, et j'ai un minimum de compassion envers les gens à ce niveau. Ce dernier point, personne ne le sait, par contre... ce qui me fait passer pour un faible? Sûrement, puisqu'ils ne savent pas pourquoi j'ai tant de pitié envers les gens. D'ailleurs, je ne crois pas que ce Topaze soit le genre de type à vouloir mourir au bout de la torture. Mais pourtant, c'est un esclave, alors pourquoi je m'en fais et je m'inquiète à son sujet? Plus le temps avance, et plus je me demande ce qui se passe avec moi... Je sais que je n'avais jamais été sadique, et je crois qu'à ce niveau, je suis le plus raisonnable des espagnols... bien que certains sont plutôt lavettes... mais envers ce Topaze, j'étais incapable de lever la main dessus.

C'est donc la raison qui m'avait poussé à aller sonner chez Eliseum. Il est rare que je me déplace, encore plus rare que je demande de l'aide, mais là, j'en avais trouvé la nécessité. J'avais besoin de trucs, d'idées... ou peut-être de la motivation? Je devais avouer avoir besoin d'aide à ce niveau, bien malgré mon orgueil, qui elle, refuse d'admettre mon incapacité d'agir face au sadisme. Peut-être pourra-t-il venir régler le problème de ce ''Prince'' à ma place! ... Je me sentirais mal de le laisser entre les griffes de Nathaniel, sachant très bien que Topaze s'en sortirait très mal en point, mais il n'y avait pas trente-six milles solutions. Peut-être pourrais-je rester présent, question qu'il ne déraille pas, ou peut-être devrais-je pas... sinon, il risque de me pousser à le torturer, et ça, non seulement je ne le prendrais pas, mais mon orgueil non plus, d'ailleurs. Je ne savais simplement pas quoi faire, à vrai dire, je devais à tout prix décider avant de porter ma main à la porte du manoir. Qu'est-ce que j'allais lui demander? En quoi j'avais besoin de son aide? Comment formuler mes phrases pour ne pas me manger une gifle en pleine ego? Je soupirais un bon coup avant de mener ma main lentement au battant, toquant finalement à la porte............ entrant par la même occasion, j'suis le chef de l'escouade espagnole, alors là, je devais prendre mes aises. Je tournais la poignée, entrant dans le manoir.

Mon regard scrutait les murs, peu à peu, le plafond, les décorations...... cherchant une tignasse rouge en premier lieu, puisque c'est de lui que j'avais besoin. «Bonsoir, il y a quelqu'un?» Question stupide, mais que je récupérais bien assez rapidement en me présentant, évitant du coup de me faire sauter à la gorge par les gardes... s'il y en avait. «C'est Maximiliano.» J'entrais donc dans le hall, m'y invitant froidement. Une aura sombre se dégageait de moi, un regard assez noir au visage, sourcils froncés, je me tenais fièrement debout devant la porte. Par contre, j'évitais clairement d'entrer plus loin dans le bâtiment, je n'étais pas chez moi non plus, et je sais très bien de quoi est capable de Eliseum alors je devais rester prudent face à lui... tomber entre ses griffes pour satisfaire ses pulsions sadiques seraient probablement la pire des erreurs possibles... sans mentionner le pire des cauchemars aussi, d'ailleurs. Je le connaissais bien juste pour ses capacités hors pair à dresser des humains, et il s'agissait très sûrement de l'un des hommes les plus sadiques que j'avais sur les terres incas.

Codage by LAW

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Nathaniel Eliseum

Sadique? Moi? Jamais
avatar


Messages : 18
Date d'inscription : 11/10/2016

MessageSujet: Re: Demander de l'aide? Moi? Jamais. [PV Maxou et Nathou]   Mar 18 Oct - 10:15

détails
 Demander de l'aide? Moi? Jamais. 
sous-titre
ft. Maxou
Ʃkaemp はは ™

Ma journée ? J'aurai largement pu faire mieux... J'avais néanmoins fait craquer l'un de mes esclave dit « récalcitrant », en fait il ne l'était pas tant que ça...Il fallait juste taper là où cela faisait mal... En ce qui le concernait c'était d'avoir vu sa femme se faire violer par des espagnols. Comment je le savais ? Et bien... J'ai les dossiers de tout les esclaves qui me passent sous la main...

Honnêtement, je ne savais pas comment mes sous fifres pouvaient être aussi peu doué, c'était pourtant facile de torturer ces foutus incas non ?! Ils étaient fragiles, tellement fragiles... Je trouvais ça assez marrant. MAIS ce que je trouvais encore plus marrant était ceux qui tenaient le plus face à la torture. Lorsqu'ils tombaient à genoux, que je les dressais bien comme il le fallait cela était tellement jouissif...

Maais bon... Cette journée était finie,je ne travaillais pas beaucoup, après tout j'étais le chef de ce métier, ce qui m'offrait quelques privilèges... Mais il y avait des inconvénients, comme toujours me direz vous,... Cet inconvénient n'était autre que de former les nouvelles recrues. C'était d''une chiantise... Surttout lorsque ceux ci n'avaient rien dans le crâne  mais bon, ne pensons plus à ça...

Tiens un de marrant là bas.

C'est vrai qu'il avait l'air marrant, hargneux, fier, beau avec sa peau mate et ses cheveux blancs/blonds. Je le prendrais bien sous mon ailes, histoire de le dresser vingt quatre heures sur vingt quatre. J'eus un petit rictus. Oui... Il ferait un excellent esclave pour moi... Bwof je le prendrai plus tard, les gens évitaient de prendre ce genre d'esclaves, les « non dressé » ils en voulaient des déjà « tout prêt ». Quoiqu'il en soit je pris la porte de sortie et m'allumais une cigarette, respirant la fumée à plein poumons. Fermant les yeux, immobile, avec un petit sourire de contentement.

Je marchais donc tranquillement vers mon manoir. Parfois je me disais que j'aaurai du prendre une voiture... Mais... Edn fin de compte j'aimais bien marcher. Je fis quelques  courses au passage, m'achetant surtout mes sucettes à cancer. Je n'avais jamais réussi à arrêter, après tout cela faisait déjà dix voir onze ans que je fumais...

C'est tôt...

Oui je suis d'accord mais c'est ainsi, j'avais fait n'importe quoi mais aujourd'hui j'acceptais qu'on me le dise, je le tournais même à la rigolade, pas comme avant où je n'osais pas dire réellement l'âge où j'avais commencé. Je n'en étais pas fier... Aujourd'hui non plus mais j'acceptais plus les remarques...

Mais bref je sortis de mes pensées lorsque la fraise me brûla le doigt. Je la fis tomber à terre et l'écrasais. Je grognais mais je vis mon manoir à travers la brume forestière. J'adorai cette vu, c'était mon petit coin de paradis à moi,moi seul. Mais pourtant... quelqu'un avait osé pénétrer dans mon antre. Qui ? Je ne le savais pas encore... Comment je l'avais su ? Cet idiot n'avait pas fermé le portail en fer forgé.

Je m'approchais alors de la personne qui était dans l'encadrement de la porte, elle avait vraiment du toupet de s'inviter chez les gens comme ça...

«Bonsoir, il y a quelqu'un?»

Bien sûr qu'il y a quelqu'un ! Retourne toi !

J'allumais une cigarette alors qu'il se présentait.. Maximilanio hein ? Vraiment ? Dans ma demeure ? Je n'allais pas sauté de joie non, je me demandais juste pourquoi il était là...

Maximiliano hein ? Que me vaut cet honneur ? On ne vous a jamais dit de ne pas pénétrer chez quelqu'un comme cela

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximiliano M. Montoya

L'homme un peu trop fier
avatar


Messages : 144
Date d'inscription : 23/09/2016
Age : 24
Localisation : Derrière toi~

Je suis...
Maitre/Esclave: Tous et chacun sont mes esclaves.
Amoureux: L'amour, c'est pour les faibles
Ambivalence: Dominant

MessageSujet: Re: Demander de l'aide? Moi? Jamais. [PV Maxou et Nathou]   Lun 24 Oct - 14:28



Aide pour des bonnes intentions... ou pas.
«La liberté, c'est un coeur
pur et bien placé, Le reste est
esclavage au sombre de la nuit.»


Je m'étais trimballé lentement jusqu'à son manoir... et j'avais toqué à la porte, y entrant comme si c'était chez moi. Tous et chacun des espagnols présents sur ces terres étaient à ma merci, ils étaient tous des employés, des gardes.... mes sous-chefs... rien d'autre que des membres de l'armée espagnols, et tous et chacun était sous mes ordres. Peu importe ce qu'il dira, je m'étais donné le droit d'entrer chez lui, alors j'allais le faire. J'avais toqué, j'étais entré, j'avais appelé, va savoir si quelqu'un allait me répondre. Pour le moment, mon regard scrutait attentivement les alentours, espérant un jour tomber sur sa tronche de sadique. Il ne semblait pas être dans sa demeure puisqu'aucune réponse directe ne me venait. Perdre espoir? Non, ce serait un peu... trop. Par contre, j'espérais ne pas m'être déplacé jusqu'ici pour rien.

Par contre, je m'attendais à tout sauf ça: une voix avait retenti derrière moi, m'alertant de sa présence.... où je ne m'y attendais pas. Il était sorti, et c'est donc en revenant, qu'il était tombé sur moi. Je m'étais retourné, pour le voir, là, dans le cadre de sa porte d'entrée à me regarder la clope au bec et me demander ce que je foutais là... me faisant d'ailleurs la remarque quant à ma présence dans sa demeure, sans son invitation... et sans sa permission également. Je soupirais légèrement avant de me décider sur ce que j'allais dire. Je devais peser mes mots, et éviter de l'offusquer. «J'avais à te parler... et tu répondais pas, donc j'suis entré.» Voix froide, directe, c'était suffisant pour le moment. Nul besoin de passer par quatre chemins. Expliquer la situation sans offusquer ce grand sadique et sans poignarder son ego en pleine tronche, ce ne serait sûrement pas facile... mais je n'allais pas laisser une remarque aussi cinglante à elle-même, sans y répondre à mon tour. Je ne sacrifierai pas ma propre ego pour lui, ça, non. Ma réponse avait été vive, directe, très simple... mais c'était, je l'espère, suffisant.

Déjà que venir lui réclamer de l'aide, c'était trop pour mon ego................ non. Je ne lui réclame pas de l'aide, je lui offre de se défouler sur mon esclave. Ouais. Ça serait bien, ça. Ce serait une bonne raison, qui expliquerait ma présence ici, sans gonfler son ego à un point de non-retour. Jétais très égocentrique également, peut-être même un peu trop... par contre, là, j'avais vraiment besoin de ses conseils... ou peut-être même de sa participation, qui sait. Encore, cela dépendra ce qu'il me demandra en échange face à ce service, puisque cela m'étonnerait qu'il le fasse gratuitement... même si je lui en donne l'ordre formelle, en tant que son chef... J'avais une mauvaise impression que mon orgueil n'allait pas aimer mon séjour chez lui.... reste à savoir comment j'allais m'y prendre pour lui demander, et ce qu'il allait me demander en échange.

Mon regard azure se plongeait instinctivement dans le sien, et je le scrutais attentivement d'un oeil très sérieux, assez sévère, tentant de lui faire comprendre que je serai sérieux dans ce que j'avais à lui dire... par contre, si je pouvais éviter d'avoir des oreilles indiscrètes, ce serait bien : j'allais donc commencer par réclamer silence et tranquillité, ainsi qu'une pièce pour nous deux, possiblement pour s'y enfermer, question que l'on puisse parler raisonnablement, sans gêne, et sans oreilles indiscrètes. Mon léger sourire, assez sombre, venait se pointer sur mes lèvres, lentement, avant que je me lance dans ma question sur le même ton sec et sombre que ma précédente affirmation. «On peut parler, seul à seul, et éviter les oreilles trop curieuses? Ce que j'ai à te dire te concerne toi, moi, mais personne d'autre. .» J'avais exagéré un peu mon ton sévère ainsi que mon regard meurtrier, donnant beaucoup plus d'importrance que je ne le devrais à ce que j'allais lui dire dans les minutes qui allaient suivre.

Codage by LAW

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Nathaniel Eliseum

Sadique? Moi? Jamais
avatar


Messages : 18
Date d'inscription : 11/10/2016

MessageSujet: Re: Demander de l'aide? Moi? Jamais. [PV Maxou et Nathou]   Ven 18 Nov - 7:59

détails
 Demander de l'aide? Moi? Jamais. 
sous-titre
ft. Maxou
Ʃkaemp はは ™


 «J'avais à te parler... et tu répondais pas, donc j'suis entré.»

Je le toisais du regard, j'aurai fait la même chose à sa place mais cela je ne le dirai pas. J'aspirai sur ma sucette à cancer et recrachais la fumée dans les airs. Il avait du toupet quand même mais c'était marrant après tout... Qu'est ce que j'aurai aimé le dresser si il avait été esclave....

Il ne l'était pas dommage pour toi !

Je vois....

Clair et net sur un ton monocorde, au moins il comprendrait peut être que je ne voulais pas qu'il s'immisce dans ma vie privée ainsi...Je soupirai et aspirai de nouveau. Toujours dans mes pensées je ne me rendis pas compte qu'un sourire en coin était allé se nicher sur mon visage. Dans le fond nous nous ressemblions un peu... Et c'est ce qui me faisait le plus marrer.... Mais trêve de pensées, il reprit la parole.

«On peut parler, seul à seul, et éviter les oreilles trop curieuses? Ce que j'ai à te dire te concerne toi, moi, mais personne d'autre. .

Ton sérieux... Il me regardait d'un œil tout aussi sérieux... Qu'allait-il me demander ? Que devrais-je lui demander en échange ? Plusieurs questions se posaient dans ma tête en cet instant. J'écrasais ma cigarette et passais devant lui en lui faisant un signe de la main pour qu'il me suive.

Viens avec moi, mon bureau est juste là.

En effet lorsqu'on pénétrait dans le hall de mon manoir il y avait une grande porte en bois massif gravé de plusieurs sculpture. Ma maison était à elle seule un bijoux, Un modèle d’excentricité de bon goût et de raffinement... Mais bref... J'ouvris la porte du bureau.

Entre.

Mon ton c'était légèrement adoucit mais il demeurait néanmoins encore stricte. Je n'allais pas me faire manger par ce type sous prétexte qu'il était mon supérieur... Je n'aimais pas du tout qu'on me marche sur les pieds même hiérarchiquement, je me foutais bien de ce qu'il pouvait me demandait si je ne trouvais pas ça interessant... Je refuserai voilà tout...

Bien de quoi veux-tu tu parler ?

Je fermais la porte derrière nous, me dirigeant vers une petite table où des verres et un récipient remplie de whisky s'y trouvait. Je pris deux verre et servis du whisky dans les deux. Je ne savais pas s'il en buvait mais cela était normal d'accueillir ainsi quelqu'un. Même si cette personne c'était invitée chez toi sans ton accord...

Au pire je le boirai moi...

Ouais voilà, c'est pas ça qui me dérangerait... Je posais les verres sur le bureau en bois massif tout comme la porte, histoire de rester dans les tons. Mais je posais donc les verres sur ce bureau un en face de Maximiliano et un autre à ma place.

Installe toi.

Sur ces mots je partis en direction de la fenêtre. Écartant les rideaux en velours bordeaux, laissant pénétrer la pièce de soleil. Illuminant les peintures accrochées aux murs. Illuminant la petite bibliothèque avec ses livres, un spectacle magnifique, j'adorai voir ça...

Je me retournais ensuite vers Maximiliano et me redirigeais vers le bureau où je pris place, appuyant mes coudes sur bureau, croisant mes doigts et m’appuyant le menton dessus.

Donc... Pourquoi es-tu là ?


Désolé du retard :s

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximiliano M. Montoya

L'homme un peu trop fier
avatar


Messages : 144
Date d'inscription : 23/09/2016
Age : 24
Localisation : Derrière toi~

Je suis...
Maitre/Esclave: Tous et chacun sont mes esclaves.
Amoureux: L'amour, c'est pour les faibles
Ambivalence: Dominant

MessageSujet: Re: Demander de l'aide? Moi? Jamais. [PV Maxou et Nathou]   Sam 10 Déc - 15:02



Aide pour des bonnes intentions... ou pas.
«La liberté, c'est un coeur
pur et bien placé, Le reste est
esclavage au sombre de la nuit.»


Je regardais son visage, ses expressions, autant faciales que verbales. Je n'aimais vraiment pas son attitude, et je ne l'avais jamais aimé: il semblait avoir un certain cran.... assez pour m'affronter du regard, et constamment me confronter, chose que je détestais. C'était moi le chef ici, pas lui, et ce, même dans sa demeure. Elle se trouve d'ailleurs sur mes terres, non? Du coup ce ne serait pas à lui de décider ce qui se passe dans ce bâtiment... un bâtiment fort intéressant, certes, une petite mine d'or, la décoration, le travail qui avait été mis dans cette endroit...... je devrais peut-être me l'approprier... J'abuse sûrement de mon rôle... mais je m'en fiche.

Je le toisais du regard, alors que ce dernier m'offrait un signe de main, m'invitant donc à le suivre plus loin dans sa demeure. C'est ce que je fis, en restant très attentif à ce qui se passait autour de nous. Je ne voulais pas tomber dans un piège quelconque... cela avait été trop facile jusque là, et la crainte d'arriver en face d'un piège mal pensé me faisait frémir d'effroi. Moi, pris au piège? Jamais. Je ne voulais même pas imaginer ça, en fait. J'avais bien trop d'orgueil pour me laisser aller comme ça, les yeux fermés... si jamais ça arrivait? Si jamais je me retrouvais vraiment au piège, comment je réagirais?

J'entrais finalement dans le bureau alors que ce dernier m'y invitait, d'un signe de main et d'un mot sec et sérieux. Pas de merci, aucune marque de politesse, rien... mon regard était trop occupé à rechercher les failles dans les murs, les trucs qui pourrait clocher... j'avais tendance à devenir paranoïaque quand je sortais de mes sentiers battus habituels, et aller dans la demeure de quelqu'un les yeux fermés, comme ça....... c'est.... risqué, en fait. Évidemment, arriver comme un cheveu sur la soupe, comme ça, c'était moins risqué au niveau des pièges puisqu'il n'aurait sûrement pas eu le temps d'en préparer s'il ne s'attendait pas d'avoir ma visite. Mon regard azure avait fini par se poser sur le rouquin, qui, en premier lieu, allait se servir un verre d'alcool. J'observais ses moindres gestes, voyant qu'il coulait de la même bouteille sans rien de susipicieux, deux verres... au lieu d'un. L'un d'eux était pour moi, comme présagé, et il s'avançait à la table, le déposant sur le bureau.... m'y invitant.

«Merci bien..» Bon.. un minimum de politesse serait pas de refus, avoir un tel accueil alors que je me suis un peu imposé chez lui... Je vérifiais la stabilité de la chaise avant de m'y installer pendant qu'il écarta les rideaux, le mince moment où il ne me verrait pas à l'oeuvre. Je lui lançais un dernier regard alors que ce dernier venait s'assoir, m'assoyant en même temps que lui. Son attitude des plus sérieuses venait m'irriter un brin... en fait, beaucoup.

Je le détestais, dans ce genre de situations...

Et voilà la question tant redoutée: pourquoi j'étais là. Je soupirais légèrement, tentant de garder la confrontation du regard d'une certaine façon, sans dévier, sans flancher. Je devais à tout prix m'y faire, et finir par lui demander l'aide, mais je ne voulais pas le laisser lire les émotions qui pourraient passer dans mon regard. Le désespoir, particulièrement. C'est d'ailleurs ce qui m'avait conduit chez lui.

Je commencerai donc par le début: «J'ai... réussi à mettre la main sur le chef des incas. Tu le sais, n'est-ce pas? Du coup j'en ai fait mon esclave, et ce, jusqu'à ce qu'il me vende son clan.» Je déviais le regard, finalement, soupirant, mes iris azures rivées maintenant sur le plancher. Je prenais le verre de Whisky, prenant une bonne gorgée dedans, le laissant balancer du bout des doigts, lentement, alors que ce dernier ne contenait même plus la moitié du verre. «Je... J'suis désespéré, quoi... J'arrive pas à lui faire cracher le morceau. J'arrive pas à lui faire mal gratuitement, quoi...» J'étais pas sadique du tout, du coup, ça partait très mal... Je relevais légèrement le regard, lui lançant un regard déterminé, bien malgré le désespoir qui m'habitait. «Tu... peux... au moins le dompter? Il est pas vivable....» pas vivable... trop violent? Trop vulgaire? Il me lançait constamment les quatre vérités directement devant moi, chose que je ne tenais pas... je trouvais insupportable, je craquais à chaque fois, l'envie de le tabasser était là mais à chaque fois, j'avais trop pitié de lui, et j'arrêtais tout...

J'suis lamentable, quoi...

Codage by LAW

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Nathaniel Eliseum

Sadique? Moi? Jamais
avatar


Messages : 18
Date d'inscription : 11/10/2016

MessageSujet: Re: Demander de l'aide? Moi? Jamais. [PV Maxou et Nathou]   Jeu 29 Déc - 10:11

détails
 Demander de l'aide? Moi? Jamais...
sous-titre
ft. Maxou
Ʃkaemp はは ™


Alors que j'étais dans la même position je le regardais, attendant qu'il crache le morceau. Qu'avait-il à me demander de si grave pour qu'il vienne me voir ? Moi ? Je n'en avais pas la moindre idée et cela m'énervait au plus haut point. J'appuyais mon menton sur une de mes mains alors que de l'autre je la posais sur la table,tapotant de mon index le bureau.

Ce type... Je pouvais pas me le voir... Mais il était le dirigeant, je devais m'y faire... Je continuais de le regarder, son regard était bizarre, du désespoir ? Peut être un peu oui... Que pouvait-il avoir comme ennui pour que son regard soit ainsi ? Pour qu'il vienne me voir avec CE regard ?

C'était à ni rien comprendre... Je n'y arrivais tout simplement pas. Il en arrivait même à me faire pitier... Et cela m'arrivait très peu, peut être parce qu'il n'était pas un esclave ? Je souris faiblement et pris mon verre en même temps que lui et bus une bonne gorgée du liquide ambré.

Je reposais alors mon verre alors que lui en avait déjà bus une partie, un peu comme moi en fait... C'est alors qu'il prit la parole pour... Me demander de l'aide, ma bouche fit un O puis je me repris bien vite et le regardais de nouveau. Il était vraiment en train de me demander de l'aide là ?

Lui qui n'en demandait jamais, à personne... Qui se dépatouillait de tout toujours tout seul... Ce chef avait donc ses faiblesses ? De plus il ne me demandait pas un simple service... Je finis mon verre d'une traite. Cela devait être bien grave pour qu'il en vienne à m'en demander... Et, honnêtement ,je ne savais pas comment réagir.

Je me levais pour retourner prendre la bouteille de whisky et la posais sur le bureau avant de m'asseoir de nouveau. Je me raclais la gorge... L'aider à faire cracher le morceau à ce petit prince sur les secrets des Incas ? Mais c'était parfait pour moi ça !

Je me resservais un verre et en proposais un nouveau à Maximiliano mais reposais la bouteille sur le bureau, ayant oublié qu'il lui en restait dans son verre. Je bus de nouveau. J'aurai préféré le foutre dehors, au début, mais ce qu'il me demandait avait eu un gros impact....

Je me délectais de la scène, lui perdant ses moyens en me demandant de l'aide. J'étais sûr que cela lui faisait hurler de l'intérieur. Presque implorer mon aide... Je bus le sourire aux lèvres mais mon regard se fit plus sérieux d'un coup. Cet aide qu'il me demandait était de la plus haute importance.

Je fis un seul geste de la tête pour approuver sa demande avant de finir mon verre et de lui répondre le plus calmement possible. Bien sûr que j'allais le faire après tout j'étais le meilleur dresseur d'ici et je ne me vantais pas, cela avait été souvent dit.... Je reposais mon verre.

C'est avec plaisir que j'accepte cette demande mais... Je pense que tu savais déjà ma réponse non ?

Après tout il devait savoir que je domptais les futurs esclave avec un certain sadisme et une certaine violence....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximiliano M. Montoya

L'homme un peu trop fier
avatar


Messages : 144
Date d'inscription : 23/09/2016
Age : 24
Localisation : Derrière toi~

Je suis...
Maitre/Esclave: Tous et chacun sont mes esclaves.
Amoureux: L'amour, c'est pour les faibles
Ambivalence: Dominant

MessageSujet: Re: Demander de l'aide? Moi? Jamais. [PV Maxou et Nathou]   Dim 12 Fév - 16:12



Aide pour des bonnes intentions... ou pas.
«La liberté, c'est un coeur
pur et bien placé, Le reste est
esclavage au sombre de la nuit.»


Mon regard ne pouvait pas être plus sérieux.... Mes deux iris azures étaient complètement plongés dans ceux de l'autre homme, ma demande était, je l'espère, claire. J'avais déposé mon verre de Whisky sur le bureau, ma main se resserrait autour du gobelet de vitre comprenant ce liquide ambré, et je tentais de rester le plus strict et le plus sérieux possible... Je ne voulais pas avoir à répéter ce genre de demande, déjà que mon orgueil prenait un coup suffisamment grand pour que je soutienne son regard pour ne pas me sentir trop inférieur face à mes propres subordonnés.... J'espérais au moins que ma demande ait sonné un peu comme un ordre, mais si ce n 'était pas suffisamment le cas, j'allais le lui redire, mais sur un ton sûrement un peu plus sec... Je ne savais pas trop pourquoi je m'étais réduit à ce stade aussi minable, mais je devais à tout prix me ressaisir. Avoir l'air d'une victime ce n'était pas mon truc, mais là, pas du tout...! Peut-être que lorsque je lui transmettrai mes attentes, je me sentirai un peu moins minable...

Je finis mon verre de Whisky d'une traite, voyant que la bouteille était encore sur le bureau, je me permis de m'en couler un autre verre. Après tout, s'il ne voulait pas m'en proposer, il ne m'aurait sûrement pas donné un verre, et il n'aurait certainement pas laissé la bouteille à portée de la main...! Aussitôt mon verre presque plein, je remettais la bouteille à sa place, prenant encore une autre gorgée de mon verre avant de le déposer sur le bureau, claquant légèrement la langue sous le goût exquis et brûlant de l'alcool. Un long soupire sortit de mes lèvres également, mon regard retrouvant bien vite celui de mon vis-à-vis. Son regard voulait tout dire. Il approuvait ma demande, enfin, et de vive-voix... me confirmant également au passage que je savais sûrement sa réponse. Certes je connaissais sa réponse, et un léger sourire s'affichait sur mes lèvres alors que j'approuvais ses dires d'un léger signe de tête. Je portais le verre à mes lèvres, y tirant une autre gorgée avant de redéposer le verre sur le bureau.

«Effectivement, je le savais....» Je pris un instant avant de continuer ma phrase. «Je savais que ça te ferait plaisir. Tu ne prendras pas ce genre de tâche pour une corvée, non?.» Mon regard dérivait à nouveau vers mon verre, y prenant un autre gorgée. Bon, après deux verres de Whisky, ça suffit, sinon j'allais finir par me bourrer la tronche complètement, et là, je risquais de sortir des trucs que je regretterais. Je déposais mon verre vide sur le bureau encore une fois, mon regard se raccrochant de nouveau à celui de mon subordonné. «Je veux toutes les informations possibles sur son clan, ainsi que sur sa descendance, et son identité. » Je lui donnerais le droit de lui faire faire tout ce qu'il veut, tant qu'il ne me le tues pas..... encore un truc que je devrai spécifier, selon moi, si je veux garder ce petit prince en vie: sa santé fragile... «Je me le tues pas, par contre... j'ai besoin de lui, et il a une santé fragile... il semblerait... du coup, va falloir faire gaffe avec les techniques utilisées... mais outre ce détail, je te laisse lui faire tout ce que tu veux..» Évidemment, l'attacher nu dans le sous-sol glacial est à proscrire...

Codage by LAW

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Demander de l'aide? Moi? Jamais. [PV Maxou et Nathou]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Demander de l'aide? Moi? Jamais. [PV Maxou et Nathou]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demander de l'aide n'est pas une faiblesse [Evy]
» Quand il faut demander de l'aide...
» Je déteste demander de l'aide... Mais quand il le faut... Il le faut. [privé Leyna]
» [Joïse#1] Demander de l'aide n'est pas un crime
» abagail + demander de l'aide n'est pas une preuve de lacheté, mais une forme de courage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solaris Nigrum  :: Zone RP :: La forêt :: Manoir de Nathaniel Eliseum-
Sauter vers: